Il est difficile d’abandonner la maison dans laquelle on a élevé ses enfants et passé la moitié de sa vie. Néanmoins, il convient d’envisager cette idée à temps.
Il est difficile d’abandonner la maison dans laquelle on a élevé ses enfants et passé la moitié de sa vie. Néanmoins, il convient d’envisager cette idée à temps. Credit: Adobe Stock
Sponsorisé

Ne pas évincer la «transmission de maison»

Quand est-il indiqué de vendre la maison et de l’échanger au profit d’un appartement pratique et sans obstacles? C’est la question à laquelle de nombreux propriétaires ont du mal à répondre. Cela vaut la peine de mener quelques réflexions importantes.

Stefan Hartmann

Prenons l’exemple de M. et Mme Meier. Le couple âgé de 70 ans est confortablement installé. Leur maison individuelle avec son charmant jardin est certes beaucoup trop grande pour deux personnes, mais elle est définitivement plus avantageuse financièrement qu’un appartement en location. D’autant plus que le crédit hypothécaire est en grande partie remboursé et que le taux d’intérêt hypothécaire était incroyablement bas ces dix dernières années.

De manière générale, les Meier apprécient de pouvoir rester dans leur propre logement. Il y a bien sûr d’abord beaucoup de souvenirs pleins d’émotion liés à la maison, au jardin et au quartier. C’est ici que les enfants ont grandi et que de nombreuses belles fêtes ont été organisées, autant de souvenirs gravés dans les mémoires. Il y a beaucoup de place pour que les petits-enfants puissent se défouler à leur guise. En bref, la maison est le lieu où le rêve d’une vie s’est réalisé. Il est donc compréhensible que de nombreux propriétaires souhaitent rester le plus longtemps possible dans leur maison familière. Alors pourquoi penser à y renoncer alors que tout est si beau?

Préparer la décision à temps

«Le maintien à domicile devrait être abordé à un stade précoce, lorsqu’on est encore en bonne santé, et non pas seulement lorsque des signes de maladie ou de faiblesse due à l’âge se font déjà sentir», explique Kathy Steiner, directrice de Casafair, avant d’ajouter: «Les personnes qui retardent la décision de quitter la maison jusqu’à ce que l’escalier menant à l’étage supérieur devienne un sérieux problème et que l’entretien de la grande maison représente une charge excessive, se voient soudain contraintes d’adopter la première solution venue.» La directrice de l’association conseille aux gens de s’interroger sur la manière dont ils souhaitent vivre leur vieillesse peu de temps après leur départ à la retraite. «C’est suffisamment tôt pour s’informer sans pression sur les différentes possibilités, pour se laisser inspirer et pour réfléchir à ses propres souhaits et besoins», explique Kathy Steiner. Il existe désormais des concepts d’habitat mixte pour personnes de différents âges et des concepts d’habitat communautaire proposés par les communes, des coopératives ou des fournisseurs de logements privés, ajoute la directrice.

Les femmes lâchent plus facilement prise

Dans la difficile décision de quitter la maison et de la vendre, il y a apparemment aussi des différences entre les sexes. Selon une enquête réalisée en 2012 auprès de couples de propriétaires dans le quartier de Seen, à Winterthour, les femmes ont plus de facilité à lâcher prise et à vendre leur maison. L’«effet de rémanence», c’est-à-dire le désir de rester, est plus fort chez les hommes. «Les femmes sont plus ouvertes à l’idée de passer à une forme alternative de logement pour personnes âgées», explique l’auteur et économiste immobilier René Zettel. En cas de remise de la maison à ses propres enfants, on peut toujours se consoler en se disant qu’elle restera dans la famille. Il ne faut cependant pas compter sur les enfants pour reprendre un jour la maison. Là aussi, il faut se demander en temps utile quels sont les intérêts de chacun.

«Le moment de quitter sa maison dépend de divers facteurs»

Soins à domicile

La santé et l’âge jouent un rôle central dans l’abandon de sa propre maison et le passage à une autre forme de logement. Après 75 ans, on devient chaque année un peu plus faible physiquement. Avec une aide extérieure, comme les services d’aide et de soins à domicile, les personnes peuvent vivre encore longtemps chez elles, même si elles souffrent d’infirmités liées à l’âge. «Le moment de quitter sa maison dépend de divers facteurs», explique Marianne Pfister de l’Aide et soins à domicile Suisse. «Par exemple, lorsque les personnes ont besoin d’un soutien intensif en raison d’une maladie», explique Marianne Pfister. Les services d’aide et de soins à domicile peuvent soigner et prendre en charge des clients plusieurs fois par jour, mais pas 24 heures sur 24. «Un changement vers une autre forme d’habitat doit également être envisagé lorsque les soins et l’assistance à domicile ne sont plus responsables d’un point de vue professionnel ou lorsque l’aide apportée est devenue si intensive qu’elle dépasse les possibilités des services d’aide et de soins à domicile», explique Marianne Pfister de l’Aide et soins à domicile Suisse.

Prendre des mesures

L’emplacement de la maison et son accessibilité avec les transports publics font également partie des autres considérations. Il convient également de vérifier l’existence d’un réseau social, tel que la famille ou les voisins. Pro Senectute aide la population âgée à vieillir le plus longtemps possible chez elle de manière autonome et satisfaite grâce à une aide ciblée. «Aujourd’hui, le déménagement en maison de retraite n’est plus la seule option depuis longtemps», explique Tatjana Kistler de Pro Senectute Suisse. «Il existe des appartements pour personnes âgées, des logements assistés, des communautés d’habitation pour personnes âgées ou intergénérationnelles, des centres de jour, des groupes de logements médicalisés. Et bien sûr, la possibilité d’être soulagé ponctuellement par des services de prise en charge ou de soins, afin de rester autonome dans son propre logement», explique Tatjana Kistler. En outre, le maintien à domicile peut être retardé ou prolongé par des mesures architecturales, l’élimination des obstacles, des pièces sans seuil ou une douche antidérapante dans la salle de bain.

L’idée d’abandonner sa maison peut sembler un cauchemar pour certains propriétaires âgés. C’est comme si on leur tirait le tapis sous les pieds. En effet, en vendant leur logement, les propriétaires abandonnent une partie de l’histoire de leur vie. Mais en fin de compte, la vente peut aussi avoir un effet libérateur. On gagne en temps, en indépendance et en liberté. Car la maison et le jardin peuvent aussi être un fardeau. En revanche, un appartement moderne dans le centre peut être un bienfait, avec de nouveaux contacts et voisins.

Grâce à ses éditions spéciales thématiques en supplément à les 24heures, le journal propose régulièrement à ses lecteurs une exploration de sujets variés.